Samedi 25 juin 2022
Le cabinet de curiosités par François Lafon
Prévue en mars, l’exposition Saint-Saëns, un esprit libre ouvre à la Bibliothèque-musée de l’Opéra Garnier. Premières surprises : "esprit libre", ce prolifique symbole de l’Institution, disparu il y a cent ans tout juste ? Et qui est, sur l’affiche, cet encore jeune dandy qui nous accueille, au regard frisant et à la barbiche poivre et sel ? Le même que l’on connait, patriarche satisfait, photographié par Paul Berger en 1915 ? Marie-Gabrielle Soret, commissaire de l’exposition et conservatrice-musique à la BnF, pose d’emblée le problème : deux-cents pièces seulement – objets, documents et photos, maquettes, lettres, manuscrits – pour raconter presque un siècle de musique (il composait à trois ans et demi), c’est un crève-cœur. De musique ? Pas seulement : pianiste prodige, organiste surdoué (le meilleur selon Liszt), compositeur (six cents œuvres), star internationale, chef de file de l’école française, prosélyte des  tendances nouvelles et baroqueux avant l’heure (Couperin et Rameau lui doivent beaucoup), cet hyperactif à la santé fragile (tuberculeux, il passait les hivers au soleil) qui a joué devant Rossini, connu Stravinsky et composé pour le cinéma (L’Assassinat du duc de Guise – 1908) était féru de poésie, de philosophie, de botanique, d’astronomie et même de vulcanologie. Paradoxe : des quatre stations du parcours (les trois autres étant « De l’enfant prodige à l’artiste accompli », « Saint-Saëns en son temps », « Saint-Saëns en héritage »), la troisième « Saint-Saëns et la scène lyrique » concerne parcimonieusement l’Opéra de Paris : création de trois ouvrages sur treize, Samson et Dalila, le seul à être passé à la postérité, ayant été créé à Weimar sous la houlette de Liszt. Mission impossible donc, cette exposition discrète pour un personnage qui ne le fut pas ? Un excellent produit d’appel plutôt, assez complet et finement agencé pour nous convaincre que ce que nous pensons savoir de Saint-Saëns n’est pas loin du catalogue d’idée reçues. Il faudra des concerts, un colloque (si tout va bien) et dès maintenant un livre (beaucoup plus qu’un catalogue, justement) pour faire connaissance avec cet esprit bien trempé (le contraire du consensuel Massenet) dont l’acuité intellectuelle et les multiples talents éblouissaient Proust lui-même. 
François Lafon 
25 juin au 10 octobre, Bibliothèque-musée de l’Opéra de Paris-Garnier -  Publication : Saint-Saëns, un esprit libre, sous la direction de Marie-Gabrielle Soret – BnF Editions 39 euros (Photo © DR)

 

Le cabinet de curiosités
 
Anciens sujets par thème
 

Anciens sujets par date
2022
2021
2020
2019
2018
2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010
2009