Jeudi 18 juillet 2024
Chrétiens vs Païens : Haendel illustre un martyre
Une direction sans relief mais des solistes au top
Theodora

Des oratorios de Haendel, Theodora - en trois actes, créé à Londres le 16 mars 1750 - est le seul fondé non sur l’Ancien testament, comme la plupart des autres, mais sur la tradition chrétienne. On est à Rome sous le règne de l’empereur Dioclétien. Theodora, une jeune chrétienne de la noblesse d‘Antioche, refuse de sacrifier à Jupiter, ce qui la met en danger. Elle est aimée de Didymus, un jeune officier romain d’origine syrienne qu’elle a converti au christianisme. Après diverses péripéties, ils marcheront ensemble vers le martyre. L’œuvre se termine non dans la célébration d’une victoire biblique mais par un chœur grandiose en sol mineur : les Chrétiens prient le ciel d’accorder aux deux victimes le courage devant la mort. Le livret de Thomas Morell et la musique de Haendel opposent aux Chrétiens les Païens, dotés les uns de chœurs puissants et contrapuntiques, les autres d’ensembles plus simples et homorythmiques, plus richement orchestrés A côté de Thedora se tient Irène, pilier de la communauté chrétienne, qui à l’acte II prie pour le salut de sa compagne. La présente version n’est pas sans qualités, sans toutefois s’imposer par rapport à ses devancières (William Christie, Paul McCreesh). Mais si la direction de Jonathan Cohen manque parfois de relief, les cinq solistes sont au rendez-vous, en particulier dans les épisodes intimes et chargés d’émotion.
Marc Vignal

Theodora
Louise Alder, Tim Mead, Anna Stephany, Stuart Jackson, Adam Plachetka
Arcangelo
Direction musicale : Jonathan Cohen
3 CD Alpha-Classics Alpha 1025 (Outhere)
2 h 59 min

mis en ligne le jeudi 20 juin 2024

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.