Dimanche 20 octobre 2019
Ceci est un clavecin
L’étrange performance d’Anne-Marie Dragosits
Le Clavecin mythologique

Il faut le lire sur la pochette pour y croire : la claveciniste autrichienne Anne-Marie Dragosits joue un Taskin – plus précisément un clavecin que Taskin a ravalé en 1787 et doté d’un mécanisme de genouillères permettant des effets de crescendo (et l’inverse) ainsi que d’un jeu de peau de buffles qualifié de velouté et délicieux par un érudit de l’époque. Le résultat est pour le moins étrange et fait penser à l’invention d’un geek musicophile et facétieux, amoureux de la guitare, de la harpe, d’un glockenspiel local (puisqu’invention d’un carillonneur des Pays-Bas autrichiens), et autres instruments disparus, c’est suivant. La prise de son très réverbérée achève de nimber la performance, car c’en est une, d’un halo sonore – parfois très sonore, même - ce qui en troublera plus d’un en apprenant qu’il écoute du Duphly ou du Royer dans le texte. Le subterfuge est moins trompeur dans Couperin ou Rameau, mais tout de même... et l’auditeur troublé pourra se rassurer puisqu’on lui a vendu un clavecin « mythologique » - dixit la pochette, toujours. La Belle Hélène ou Orphée aux Enfers ? C’est une question de sensibilité ou de résistance.
Albéric Lagier

Œuvres de Rameau, Couperin, Duphly, Royer, d'Anglebert, Forqueray (père et fils)
Anne-Marie Dragosits (clavecin)
1 CD Encelade ECL 1801
1 h 13 min

mis en ligne le dimanche 5 mai 2019

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.