Vendredi 24 mai 2024
Aveuglant
Les Vêpres de Monteverdi, un grand spectacle ?
Vespro della Beata Vergine

Raphaël Pichon continue d’aligner les grands chefs d’œuvre de la musique sacrée baroque dans sa discographie, et après une Saint Matthieu de Bach plus spectaculaire qu’habitée, il s’attaque à un autre monument avec ces Vêpres de la Vierge de Monteverdi. Un « style Pichon » s’y confirme : exécution d’une précision millimétrique, goût pour les contrastes extrêmes, sens du spectacle, les acquis de la révolution baroque sont intégrés dans une machine qui tourne admirablement... à vide. Il est moins question de dévotion que de démonstration dans ces Vêpres que l’on dirait faites pour une expérience immersive virtuelle avec un effectif pléthorique dont Raphaël Pichon tire évidemment tout le profit, dans une atmosphère exaltée mais où l’on attend en vain l’émotion. La distribution est sans exception admirable, et on serait bien ingrat de trouver ce Monteverdi trop bien chanté, mais ces moments d’hédonisme vocal servent-ils vraiment l’esprit de ces pièces ? Le chef ne peut s’empêcher prendre quelques libertés avec le texte, comme il le fait souvent, en rajoutant notamment après le « Magnificat » la toccata introductive, histoire de fermer la boucle avec le même brio qu’au début. La prise de sont est au service de cette vision éblouissante qui fait entendre un chœur et un orchestre d’un éclat aveuglant. 
Gérard Pangon

Vespro della Beta Vergine
Céline Scheen, Perrine Devillers (sopranos), Lucile Richardot (mezzo-soprano), Emiliano Gonzalez Toro, Zachary Wilder, Antonin Rondepierre (ténors), Étienne Bazola, Nicolas Brooymans, Renaud Brès (basses)
Pygmalion
Direction musicale : Raphaël Pichon
2 CD Harmonia Mundi HMM902710.11
1 h 42 min

mis en ligne le lundi 23 octobre 2023

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.