Jeudi 18 juillet 2024
Shéhérazade à Hollywood
Le romantisme de Korngold magnifié par Ramon van Engelenhoven
A Portrait for piano

Légendaire compositeur de l’opéra Die Tote Stadt, qui marque les derniers feux du romantisme et couronne sa carrière en 1920, à l’âge de vingt-trois ans, Korngold connaît néanmoins un deuxième souffle aux États-Unis à l’orée des années 1930, comme artisan du cinéma hollywoodien avec une vingtaine de partitions grandioses, entre Captain Blood, Juarez, The Sea Hawk ou Deception. Formé au Conservatoire d’Amsterdam ainsi qu’auprès de Boris Berman, Pierre-Laurent Aimard et Badura-Skoda, Ramon van Engelenhoven a choisi de montrer ces deux facettes de Korngold, avec tout d’abord l’opus 2, la seconde des trois sonates pour piano, créée par Artur Schnabel en 1911. Dédiée à son maître Zemlinsky, une partition d’une trentaine de minutes (d’un jeune prodige de treize ans !) au lyrisme rêveur et impétueux où Brahms croise Liszt, et qui annonce les effusions des ouvrages à venir Der Ring der Polykrates et Violanta, précédant Die Tote Stadt. L’interprète se révèle aussi talentueux dans ses propres transcriptions, entre la noble méditation de l’aria Ich ging zu ihm, extraite de l’opéra Das Wunder der Heliane, avec son final arpégé, et la suite constituée d’après l’original pour orchestre du film The Sea Hawk de Michael Curtis (1941) – rutilante et échevelée Shéhérazade pianistique pleine d’écume et de fureur.      
Franck Mallet

Korngold : Sonate pour piano n° 2, op. 2 - Korngold/van Engelenhoven : Ich ging zu ihm (extr. Das Wunder der Heliane, op. 20, acte II) ; Love scene (extr. The Adventure of Robin Hood) ; The Sea Hawk
Ramon van Engelenhoven (piano)
1 Hybrid SACD TRPTK TTK O124
1 h 13 min

mis en ligne le lundi 17 juin 2024

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.