Vendredi 19 juillet 2024
Beaucoup de bruit…
María Dueñas laisse perplexe pour son début beethovénien
Beethoven and beyond

Ce n’est pas rien que de faire ses débuts chez un label classique de prestige avec le Concerto pour violon de Beethoven, pari plus que risqué de la jeune virtuose espagnole María Dueñas, dont ce disque au titre clin d'oeil à 2001 de Stanley Kubrick semble être le signal de lancement d’une carrière internationale. A l’écoute, on est pourtant vite gagné par le doute. Rien à dire sur l’accompagnement de Manfred Honeck, sobrement efficace. Mais il est difficile de trouver une épine dorsale à l’interprétation de la violoniste qui, avec des beaux moyens, semble vouloir suivre plusieurs pistes plutôt que de faire un choix. En ajoutant intention sur intention, en voulant explorer constamment de nouvelles possibilités, le premier mouvement devient une succession de moments plus ou moins réussis plutôt qu’une construction réfléchie. Et dommage qu’avec une belle sonorité, un vibrato trop large gâche la grâce du mouvement lent. Dernière originalité, María Dueñas joue ses propres cadences, qui n’y ajoutent pas grande chose à cette lecture trop artificielle. En complément, les petites pages pleines de charme de Kreisler, Wienawski ou Saint-Saëns auraient gagné elles aussi à être jouées avec moins d’affectation.
 
Pablo Galonce

Concerto pour violon en ré majeur op. 61 - Spohr : Symphonie Concertante pour violon, harpe et orchestra en sol majeur - Ysaÿe : Berceuse, op 20 - Saint-Saëns : Havanaise, op. 83 - Wienawski: Légende, op. 17 - Kreisler : 3 dances anciennes viennoises
María Dueñas (violon)
Wiener Symphoniker
Direction musicale : Manfred Honeck
1 CD Deutsche Grammophon
1 h 39 min

mis en ligne le vendredi 4 août 2023

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.