Mercredi 28 octobre 2020
Le cabinet de curiosités par François Lafon
Studio Pierre Henry, extension du domaine de la musique
mercredi 6 novembre 2019 à 13h26
Au Musée de la musique (Philharmonie de Paris), à droite en entrant : Studio Pierre Henry « aux sources de l’électro », reconstitution du Studio Son/Ré, centre névralgique de la « Maison de sons » qu’habitait le compositeur rue de Toul (Paris 12ème) vendue à un promoteur et promise à la destruction à sa disparition en 2017. Un beau symbole, une extension du domaine de la musique à travers le plus prospectif et éclectique des musiciens, et paradoxalement (?) une ouverture vers l’avenir. « Un lieu troublant de vérité » selon Isabelle Warnier, veuve de Pierre Henry et directrice artistique du Studio, sensation partagée par ceux (10 000 au fil des années) qui ont arpenté la Maison de sons lors de ces soirées uniques en leur genre, où la vieille bâtisse devenait un immense instrument de musique(s). Première réaction : l’envie de s’installer à la console hypersophistiquée, poste de pilotage du maestro. Envie aussi (et là, c’est permis, partie interactive du lieu) d’élaborer sa propre partition sur ces appareils à la fois d’un autre âge et à jamais futuristes sur lesquels a fleuri un jardin musical aux multiples essences, dont l’arbre généalogique surplombe la pièce, de Schönberg à Brian Eno et même… Jean-Michel Jarre, et dont Pierre Henry a été le passeur et le réinventeur. Chemin pédagogique de ce lieu où les très jeunes (des classes entières) entrent tout naturellement comme dans un atelier numérique (et se précipitent, signe des temps, sur les claviers et la batterie), trois œuvres emblématiques : les Variations pour une porte et un soupir (1962 - chorégraphie Maurice Béjart), le légendaire "Psyché Rock" de la Messe pour le temps présent (1967 – Béjart encore) et Beethoven Remix (1998), version élargie de la Xème Symphonie de Beethoven, morceau de patrimoine devenu « corps sonore ouvert à l’invention électro-acoustique ». « Pierre-Henry aurait mis le son plus fort »,  remarque sa fidèle collaboratrice Bernadette Mangin. « Ce synthétiseur ? Celui de Frank Zappa, et regardez comment on faisait une boucle sonore il y a quarante ans »  renchérit Thierry Maniguet, conservateur du Musée, lieu de patrimoine devenant un terrain de création... en boucle. Une idée culottée, alla Pierre Henry.  
François Lafon 
 
Studio Pierre Henry, Musée de la Musique, Cité de la Musique, Paris, ouvert du mercredi au dimanche (Photo © Gil Lefauconnier)
Week-end Pierre Henry du 20 au 24 novembre, avec entre autres Carnet de Venise (création) et Messe pour le temps présent, la Xème de Beethoven version symphonique (création) et une rencontre  animée par Franck Mallet, auteur de Le son, la nuit, entretiens (voir ici)

 

Le cabinet de curiosités
 
Anciens sujets par thème
 

Anciens sujets par date
2020
2019
2018
2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010
2009