Jeudi 22 août 2019
Le cabinet de curiosités par François Lafon
Placido Domingo et les fantômes de l'opéra
dimanche 24 janvier 2010 à 10h01
Emoi dans la presse américaine : Placido Domingo est un phénomène, mais aussi un problème. Au Metropolitan Opera de New York, il chante Verdi (Simon Boccanegra) un soir et dirige Verdi (Stiffelio) le lendemain. Voilà pour le phénomène. Le problème, qui relève aussi du phénomène, est qu'il est aussi le directeur de l'Opéra de Los Angeles (côte ouest) et de celui de Washington (côte est). Au début, tout s'est bien passé, le maestro tenorissimo n'ayant qu'à lever un sourcil pour faire accourir le gratin de l'opéra. Coûts énormes, à commencer par les émoluments de M. le Directeur, mais recettes à l'avenant. Et puis la crise est venue, et les deux maisons ont déchanté. Dettes, emprunts, mécènes qui se font tirer l'oreille (ou qui meurent de vieillesse), et un directeur qui n'est qu'une voix (quelle voix !) au téléphone ou une silhouette entre deux avions. A Washington, Le Crépuscule des dieux a dû être donné sans décors ni costumes. Scandale d'abord, dans un pays où luxe et opéra sont synonymes, succès ensuite : on parle de pureté, d'intimité, d'essentiel. La révolte continue pourtant de gronder. Dans le New York Times, une responsable syndicale fustige les manières de M. le Directeur, qui arrive en coup de vent la veille d'une première et demande des modifications d'autant plus coûteuses qu'elles sont tardives, ou fait payer le chœur en heures supplémentaires parce qu'il l'a convoqué un jour de repos. Cette responsable syndicale s'appelle Kallas, Eleni Kallas. Comme disait Marx : « L'Histoire ne recommence pas, elle bégaie ».
 

Le cabinet de curiosités
 
Anciens sujets par thème
 

Anciens sujets par date
2019
2018
2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010
2009