Vendredi 7 août 2020
Le cabinet de curiosités par François Lafon
Molique à Saintes
mardi 12 mars 2019 à 18h46
Molique ? Mais qui est Molique ? Né en 1802, Wilhelm Bernhard Molique est un violoniste brillant et un compositeur prolixe dont on a presque tout oublié. En son temps déjà, il n’avait pas le succès auquel il aurait pu prétendre car « il n’est pas facile de se faire remarquer comme virtuose lorsqu’on a un physique pas très sexy et en face de soi des bêtes de scène comme Spohr et Paganini. » Telle est la manière dont Alexis Kossenko le présenta au public de Saintes avant d’interpréter son Concerto pour flûte en ré mineur tout en dirigeant le Jeune Orchestre de l’Abbaye. Virtuose, en tout cas, Alexis Kossenko l’est : s’il n’est pas renversant d’invention, ce Concerto comporte des passages de flûte ahurissants que le soliste maîtrise avec brio. Sa manière de diriger l’orchestre dans les deux Mendelssohn au même programme, l’Ouverture Les Hébrides et la Symphonie n°4 « italienne », procède de la même atmosphère électrique. Pour éviter, sans doute, de laisser aller Mendelssohn vers un romantisme de convention, Alexis Kossenko joue sur le rythme, la fièvre et la présence intense des vents, ce qui parfois laisse trop peu de place aux jolis thèmes que le compositeur a dédié aux cordes (Qui plus est, l’acoustique de l’Abbaye aux Dames n’arrange pas les chosesn'est pas idéale pour ça). Pourtant, lors d’un bis magnifiquement ciselé – l’andante de la symphonie revue par Mendelssohn en 1834, un an après la création –, les nuances étaient là et les respirations aussi.
Gérard Pangon
 
Saintes – Abbaye aux Dames 11 mars (Photo © DR)

 

Le cabinet de curiosités
 
Anciens sujets par thème
 

Anciens sujets par date
2020
2019
2018
2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010
2009