Lundi 3 août 2020
Le cabinet de curiosités par François Lafon
Mady Mesplé, révérence gardée
dimanche 31 mai 2020 à 21h21
Deux semaines à peine après Gabriel Bacquier, c’est Mady Mesplé qui nous quitte, à quatre-vingt-neuf ans. Période sans pitié, où le monde d’avant (… Michel Piccoli, Jean-Loup Dabadie, Guy Bedos) tire brutalement sa révérence. Un seul souvenir cette fois, mais qui définit bien cette Lakmé saluée par Pierre Boulez comme une musicienne hors pair, cette Lucia di Lammermoor faisant valoir de par le monde les mérites d’une école française à l’époque dépréciée. Au début des années 1980, week-end lyrique au Creusot (Saône-et-Loire). Salle bondée, audience grand public pour la divette hebdomadaire de Dimanche Martin sur Antenne 2. Mais pas de robe à frous-frous ni d’airs d’opérette ce soir-là. Chevelure rousse coiffée à la lionne, c’est une Mady en simple fourreau grège qui se lance avec sa non moins royale pianiste Janine Reiss dans un récital Liszt, mélodies françaises et allemandes, somptueux « Sonnets de Pétrarque ». Succès final, nombreux rappels : « La même qu’à la télé ? », demande une dame. C’était cela, Mady Mesplé, populaire et aristocrate, étoile de la tradition des Françaises aux aigus fous (Lily Pons, Mado Robin, Natalie Dessay…), sans jamais jouer les divas. 
François Lafon

(Photo © DR)
 

Le cabinet de curiosités
 
Anciens sujets par thème
 

Anciens sujets par date
2020
2019
2018
2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010
2009