Lundi 17 décembre 2018
Le cabinet de curiosités par François Lafon
Les mystères de Nice
lundi 11 octobre 2010 à 16h43

Drôles de chaises musicales à l’Opéra de Nice. Il y a deux ans, la mairie décide de donner une nouvelle chance à la maison, qui ronronnait depuis trop longtemps. Elle engage pour cela Jacques Hédouin, ex-directeur administratif du Châtelet, et, en qualité de conseiller artistique, le niçois Alain Lanceron, déjà directeur de EMI France et de Virgin Classics. L’effet escompté ne se fait pas attendre et Nice affiche des stars EMI-Virgin (mais pas seulement) nommées Natalie Dessay, June Anderson, Roberto Alagna, Marie-Nicole Lemieux, Philippe Jaroussky, Robert Carsen, Guennadi Rojdestvenski ou Michel Plasson. Or voilà que Lanceron, qui ne s’était prudemment engagé que pour un an, apprend par la presse que son contrat n’est pas renouvelé. Résultat, les stars annulent à tour de rôle leur participation aux productions futures. Parallèlement, l’Orchestre Philharmonique de Nice s’est donné pour chef un autre enfant du pays, Philippe Auguin, lequel se sent apparemment les épaules d’un directeur artistique de l’Opéra. La toute récente nomination d’Auguin comme directeur de l’Opéra de Washington a-t-elle pesé dans la balance ? En attendant, le téléphone de la mairie sonne dans le vide et Lanceron attend toujours des explications.

François Lafon