Vendredi 19 juillet 2019
Le cabinet de curiosités par François Lafon
Le Concert du Nouvel an rattrapé par son passé
mercredi 2 janvier 2013 à 11h25

Concert du Nouvel an à Vienne, suite. Selon le quotidien autrichien Kurier (social-démocrate), l’eurodéputé vert Harald Walser remet en cause l’institution, créée en 1939 et fer de lance de la propagande nazie jusqu’à la fin de la guerre. Reprenant les thèses des historiens Bernadette Mayrhofer et Fritz Trümpi, il rappelle que la moitié des membres du Philharmonique (à commencer par le chef Clemens Krauss) étaient à l’époque inscrits au parti, qu’une quinzaine de musiciens en avaient été exclus parce qu’ils étaient juifs et que sept d’entre eux étaient morts dans les camps. Il révèle que Goebbels avait préservé le label Strauss en arrachant la page du registre des mariages de la cathédrale St Etienne de Vienne où il était indiqué que Strauss grand-père (Michael) était un juif baptisé, et regrette que les archives de l’Orchestre ne soient pas encore accessibles au public, ce que conteste son directeur Clemens Hellberg. Il n’emboite cependant pas le pas à certains radicaux, qui vont jusqu’à demander l’abolition du Concert. Scoop du jour : c’est Daniel Barenboim qui sera au pupitre en 2014. Le chef qui a osé diriger Wagner en Israël aura certainement un avis sur la question.

François Lafon

Photo © DR

 

Le cabinet de curiosités
 
Anciens sujets par thème
 

Anciens sujets par date
2019
2018
2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010
2009