Jeudi 17 octobre 2019
Le cabinet de curiosités par François Lafon
La censure à l’opéra : un vieux souvenir?
lundi 11 juillet 2011 à 10h33

L’Opera North, basé à Leeds (Yorkshire), vient d’annuler la création de Beached (Echoué), musique de Harvey Brough, livret de Lee Hall (photo). C’est ce dernier, célèbre en Angleterre pour avoir signé le scénario du film Billy Elliott, qui est en cause. Alors qu’il était censé travailler en collaboration avec trois cents élèves d’une école de la région, il a refusé de couper le coming out d’un des personnages : « Bien sûr que je suis gay/ Si vous insinuez que je préfère les garçons aux filles/ et qu’en plus je suis issu de la classe ouvrière/ je ne peux qu’être d’accord ». « C’est de la censure homophobe », affirme Mr Hall. « Pas du tout, réplique Mr Mantle, directeur de l’école en question. Il n’y a d’ailleurs pas que cela : on n’a pas le droit de soumettre à des enfants de quatre à onze ans des répliques parlant de drogue et de sexe, le tout dans un langage cru ». Le critique Norman Lebrecht, dans son blog Slipped Discs, s’amuse de l’aventure. « Si l’homophobie entre à l’opéra, celui-ci va perdre une bonne partie de son public. C’est un risque qu’aucun théâtre ne peut prendre », dit-il en substance. En 1853, à La Fenice de Venise, La Traviata était créé en costumes Louis XV, pour éviter que le spectacle d’une courtisane contemporaine ne choque le public. Peut-être pourrait-on transposer Beached à l’époque du Satiricon.

François Lafon

 

Le cabinet de curiosités
 
Anciens sujets par thème
 

Anciens sujets par date
2019
2018
2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010
2009