Lundi 15 octobre 2018
Le cabinet de curiosités par François Lafon
Jean Roy : un sourire définitif
dimanche 25 septembre 2011 à 12h31

Décès de Jean Roy, dans sa quatre-vingt-seizième année. Pour les mélomanes : l’une des quatre grandes voix (le quatuor Panigel-Goléa-Bourgeois-Roy) de La Tribune des critiques de disques, sur France Musique. La plus discrète, mais aussi la plus pondérée, celle dont on retenait chaque mot. L’homme était discret en effet, jusqu’au mystère. Une sacrée personnalité cependant : dans un sourire, il tranchait, et le verdict était définitif. Il avait été haut fonctionnaire, tout en militant pour la musique, essentiellement la musique française, dans de nombreuses publications : La Revue Musicale, Le Journal musical français, Télérama, Diapason, et enfin Le Monde de la Musique où il a passé plus de vingt ans. Il a aussi et surtout écrit des livres : Berlioz, Bizet, Le Groupe des Six. Il était très lié à Darius Milhaud, à Henri Sauguet, à Charles Koechlin, à Henri Dutilleux. En toute discrétion, toujours, sans jamais jouer les conseillers occultes : « Nous parlions de choses et d’autres, de musique surtout ». Longtemps, il a dirigé le Dépôt légal : « Tout ce qui concernait l’art et la littérature passait par moi : le bonheur ». « Tu ne feras jamais carrière au Dépôt légal », lui disait François Mitterrand, son ami de toujours. Réponse de l’intéressé : « Je ne vis pas pour faire carrière, je vis pour les belles choses qui m’intéressent ». Il y a deux ans encore, il participait chaque semaine sur Radio Classique à l’émission Le Goût des autres, une version relookée de La Tribune des critiques de disques. Courrier d’une auditrice : « Jean Roy a un jugement extrêmement moderne sur les oeuvres et les interprétations. A propos, quel âge a-t-il ? »

François Lafon