Mercredi 25 mai 2022
Le cabinet de curiosités par François Lafon
Iannis Xenakis, un père bouleversant
mercredi 16 février 2022 à 21h01
Fille unique de Françoise et Iannis Xenakis, Mâkhi a plus d’une corde à son arc. Après des études d’architecture avec Paul Virilio, elle conçoit des décors pour le théâtre (Claude Regy), son premier métier, avant de rencontrer à New York Louise Bourgeois – qui la pousse à développer son talent dans les domaines du dessin, de la sculpture et de l’écriture. En parallèle à ses propres expositions, elle en consacre une, la première, à son père, au MUba de Tourcoing, en 2012. Héritière de l’œuvre architecturale de Iannis, elle prend en outre en charge la diffusion et la numérisation de son œuvre et lui consacre même une biographie, Iannis Xenakis, un père bouleversant en 2015. Réédité à l’occasion de l’exposition « Révolutions Xenakis » qui vient d’ouvrir à la Cité de la musique de Paris et dont elle est co-commissaire (voir ici), cet ouvrage passionnant, agrémenté de très nombreuses reproductions, rassemble ses souvenirs ainsi que ceux de son père : carnets intimes, réflexions, lettres et archives. « J’explore juste la genèse de son œuvre, puis différents domaines, différentes époques avec mon propre regard », précise-t-elle en exergue, sans se prétendre mathématicienne ou musicologue. Et pourtant, voici certainement l’une des meilleures approches pour qui ne connaîtrait pas encore Iannis Xenakis, maître des rythmes liés au nombre d’or que l’architecte proposa pour le couvent de la Tourette dès 1954 et que le musicien combinait à l’époque à une transcription musicale de rythmes hindous sur tabla – analysés quelques années plus tôt par Messiaen et Daniélou. Cette conjonction des deux écritures formalise déjà à l’orée des années 1950 le langage graphique personnel et novateur de Xenakis, comme elle l’explique dans la postface. De Metastasis, pour orchestre en 1953, à l’ultime Omega pour percussion solo et 13 musiciens (1997), en passant par l’extraordinaire Diatope, « architecture volumétrique en musique et en lumière » – commande du Centre Pompidou installée sur son parvis qui accueillait tous les public à partir de 1978 –, Mâkhi Xenakis revient sur ce créateur unique qui a su réconcilier le son avec l’espace.
Franck Mallet
Mâkhi Xenakis, Iannis Xenakis, un père bouleversant, Actes Sud, 248 p., 32 €

 

Le cabinet de curiosités
 
Anciens sujets par thème
 

Anciens sujets par date
2022
2021
2020
2019
2018
2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010
2009