Samedi 8 août 2020
Le cabinet de curiosités par François Lafon
Azor, poulet et poulettes
vendredi 21 décembre 2018 à 00h10
Fin d’année au théâtre de l’Athénée : Azor, opérette de Gaston Gabaroche (musique) et Albert Willemetz (livret), aidés par quelques pointures de l’époque (1932), tels Fred Pearly (pour le premier) et Raoul Praxy (pour le second). Ce n’est pas une histoire de chien, mais de commissaire de police poète et séducteur, c’est-à-dire, pour rester dans le style, d’un poulet et de quelques poulettes. Extension des Brigands, la Compagnie Quand on est trois prend ses distances avec l’original, le folklore des jules et des gigolettes relevant désormais de l’archéologie, lointains souvenirs entretenus par Gabin ou Arletty, laquelle était d’ailleurs de la création de l’ouvrage aux Bouffes Parisiens. L’action étant transportée dans les années 1960, et le trio guitare-batterie-orgue Hammond mené par le virtuose Emmanuel Bex relevant, lui, d’un jazz plus récent que celui de Gabaroche, l’enjeu était de nous faire saisir l’univers de Fric Frac (Arletty, encore), voire celui plus récent d’Irma la Douce, via la gouaillerie sixties d’un Michel Audiard. Désormais maîtres dans cet art du grand écart, les comédiens-chanteurs y parviennent quand l’ensemble instrumental, sur-vitaminé, leur en laisse le loisir. Le reste est facile et grivois, potache souvent, drôle parfois, trouvant (enfin) le lien avec notre temps (et d’autres aussi) dans une détonnante collusion entre les milieux d’argent et le Milieu tout court. 
François Lafon
 
Théâtre de l’Athénée, Paris, jusqu’au 13 janvier (Photo © DR)

 

Le cabinet de curiosités
 
Anciens sujets par thème
 

Anciens sujets par date
2020
2019
2018
2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010
2009