Vendredi 30 octobre 2020
Le cabinet de curiosités par François Lafon
Arte : Debussy en creux et en bosses
mardi 18 septembre 2018 à 10h12
Sur Arte dimanche 23 : Prélude à Debussy, de Marie Guilloux. « Debussy est mort il y a cent ans, mais sa musique est vivante. Nous avons donc interrogé ses interprètes », prévient la réalisatrice. Même piège pour ceux-là que pour celle-ci : l’évanescence, l’impressionnisme façon Nymphéas.  Le film tient l’équilibre entre flou visuel (quelques enchaînements vaporeux) et précision factuelle, assurée par un luxe de documents (mais où est le « Crapaud Arkel », presse-papier fétiche du compositeur ?), un commentaire à la pointe sèche (signé Gérard Pangon … de Musikzen) et les témoignages précités. Un vrai feu d’artifice que ceux-ci, anciens (Samson François) comme actuels (de Barbara Hannigan à Philippe Jordan) se retrouvant dans leurs tentatives - brillantes, même inspirées - de saisir l’insaisissable, Alexandre Tharaud (« Avant, je caressais l’ivoire ») tendant la main à Marguerite Long (« Les notes, pas de problème, mais le sens ? »). Façons aussi de cerner le sujet : Pierre Boulez dirigeant – lunettes noires à la Jean-Pierre Melville sur le nez – et épinglant (en anglais) l’obsession nationaliste de Debussy, Leonard Bernstein évoquant le non-dit debussyste avant de plonger démiurgiquement dans le final de La Mer, ou encore Nicolas Le Riche se regardant (aujourd’hui) danser (naguère) L’Après-midi d’un Faune. Tout cela brossant, en 52 minutes passant comme l’éclair, un portrait en creux et en bosses du très daté « Claude de France » accouchant de la plus novatrice des musiques. 
François Lafon

Arte, 23 septembre, 23h20 (Photo © DR)

 

Le cabinet de curiosités
 
Anciens sujets par thème
 

Anciens sujets par date
2020
2019
2018
2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010
2009