Vendredi 7 août 2020
Le cabinet de curiosités par François Lafon
Amadigi, Haendel à huis-clos
mardi 29 janvier 2019 à 23h30
Au Théâtre de l’Athénée, Amadigi, un Haendel de poche datant de l’époque (1715) où, rendu célèbre à Londres par Rinaldo, le compositeur n’était pas encore l’émigré illustre de la musique anglaise. De poche parce que mobilisant quatre chanteurs et pas de chœur pour évoquer les aventures sentimentalo-héroïques d’Amadis de Gaule maintes fois portées à la scène (de Lully à … Massenet), sur un livret cette fois adapté de celui de Houdart de la Motte pour l’opéra de Destouches. Lors de la création en 1715, l’ouvrage était prétexte à grande mise en scène (envoûtements, sortilèges, monstre surgi du sol, etc.) et le rôle-titre tenu par le castrat star Nicolini. Bernard Lévy, qui signe cette production itinérante, y a plutôt vu – nécessité fait loi – une « histoire d’amour mythique » à la magie plus intérieure : tout se passe entre trois murs animés par des projections dont la magicienne Melissa détient les commandes (occultes), le quatuor vocal y évoluant selon une chorégraphie de lignes plus ou moins brisées. Un quatuor féminin, puisque le contre-ténor Rodrigo Ferreira a dû être remplacé par la mezzo Sophie Pondjiclis, mené - outre cette dernière, convaincante et bien-chantante en preux chevalier -, par la fraîche Amel Brahim-Djelloul en belle amoureuse, par Aurélia Leguay en sorcière prenant de l’assurance au fil de la représentation, et par Stéphanie Cortez, une débutante au timbre rare de contralto. L’ensemble serait un peu aride si, dans la fosse, Jérôme Corréas et ses Paladins ne donnaient un surcroit d’énergie et de dramatisme à cette musique où se profile le Haendel de la maturité. 
François Lafon

Athnée-Louis-Jouvet, Paris, jusqu'au 30 janvier. En tournée (Maisons-Alfort, St Quentin, Massy, Compiègne) jusqu'au 8 mars (Photo © Michael Bunel)

 

Le cabinet de curiosités
 
Anciens sujets par thème
 

Anciens sujets par date
2020
2019
2018
2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010
2009