Jeudi 18 juillet 2024
Le cabinet de curiosités par François Lafon
Lévi-Strauss, le son des mythes
lundi 9 novembre 2009 à 09h06
Simple option dans le kit intellectuel français, la musique ? Et Jankélévitch, et Lévi-Strauss ? Des exceptions qui confirment la règle ? Oui, à en juger par le peu de place accordé aux goûts musicaux du second dans le concert de louanges entraîné par sa récente disparition. Le grand homme a pourtant insisté sur la question, lui qui déclarait à la télévision en 1977 : « On a reproché à Tristes tropiques d'être incohérent dans sa construction, mais tout s'éclaire si l'on considère le livre à la façon d'un opéra. Dans mes derniers livres, Mythologiques, j'ai essayé de faire avec des sens et des significations ce que j'étais incapable de faire avec des sons ». Ou encore : « On ne peut pas lire une partition comme un roman, un mythe non plus. De même que toutes les portées se lisent simultanément, les divers états du mythe sont destinés à être superposées. Comme la musique, le mythe est d'un autre ordre que le langage pensé ». Et si l'œuvre de Lévi-Strauss ne s'éclairait vraiment qu'à travers la musique ?
Parmi les notes discordantes, venues pour la plupart de l'étranger, où l'on épargne moins le grand homme, on peut rappeler Lévi-Strauss musicien, essai sur la tentation homologique (Actes-Sud, 2008), du musicologue et sémiologue franco-canadien Jean-Jacques Nattiez, lequel pointe le fait que ce n'est pas à l'aune de la musique ethnique d'Amérique du sud mais à celle de Bach, Wagner et Stravinsky que l'ethnologue a établi ses parallèles.
 

Le cabinet de curiosités
 
Anciens sujets par thème
 

Anciens sujets par date
2024
2023
2022
2021
2020
2019
2018
2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010
2009