Mercredi 12 août 2020
Le cabinet de curiosités par François Lafon
Don Pasquale au Palais Garnier, délicate balance
samedi 23 mars 2019 à 00h05
Reprise au Palais Garnier de Don Pasquale de Donizetti dans la mise en scène de Damiano Michieletto, créé in loco la saison dernière (voir ici). Un bon spectacle de répertoire, moderne mais pas trop (c’est-à-dire tous publics), dont on n’attend pas de surprise. Mais le chef n’est plus le même et la distribution a été modifiée, et tout est remis en question. Avec des partenaires masculins bien chantants mais jouant à l’effet, le subtil Michele Pertusi paraissait « en-dessous ». Entouré de Christian Senn (Malatesta, le faux ami) et Javier Camarena (Ernesto, le neveu rival), non moins bien chantants mais jouant « sur le fil », son Don Pasquale souffrant de déni de réalité - tel Falstaff, Verdi reprenant le flambeau un demi-siècle plus tard - trouve son exacte dimension burlesque et pathétique : on pense à Alberto Sordi dans un film de Dino Risi. Equilibre modifié aussi avec Pretty Yende, vraie diva se jouant des codes de la diva, électrisant le plateau en « idée que l’amour est encore possible pour le vieux beau » (explication de Michieletto). Et surtout le chef Michele Mariotti, que les meyerbeeriens ont trouvé tiède dans Les Huguenots en début de saison à l’Opéra Bastille, trouve l’exacte dimension de l’ouvrage en panachant frénésie et mélancolie, là où son prédécesseur Evelino Pido éclairait essentiellement la dureté de la fable. Gros succès, à partager entre amis.
François Lafon 

Opéra National de Paris – Palais Garnier, jusqu’au 16 avril (Photo©Elena Bauer/OnP)

 

Le cabinet de curiosités
 
Anciens sujets par thème
 

Anciens sujets par date
2020
2019
2018
2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010
2009