Vendredi 14 août 2020
Le cabinet de curiosités par François Lafon
Moozar au pays du Téléthon
lundi 22 février 2010 à 00h13
Le mois dernier, Frédéric Mitterrand a annoncé le projet « carte jeune » : 200 euros de potentiel d'achat de musique en ligne à moitié remboursés par l'état. Voici maintenant Moozar, ou la possibilité de dédommager les artistes dont on a piraté les disques sur Internet. Au pays du Téléthon, on compte décidément sur le bon cœur du consommateur. Moozar, c'est une start-up créée par le juriste David Brami. Le Monde.fr, qui lui consacre un article, qualifie l'entreprise d'utopie libérale, ou encore d'alternative à l'usine à gaz Hadopi. On paie (un euro, ou plus, si l'on veut), mais après coup : il ne s'agit plus d'acheter un produit, mais de remercier l'artiste du plaisir qu'il nous a procuré. La nuance est élégante. Brami invoque la conscience des internautes, assure que si 95% d'entre eux sont des prédateurs, ils sont 60% à souhaiter réparer leur faute. Quand le législateur patauge, l'imagination prend le pouvoir. Bonne idée, en plus, d'appeler cela Moozar. Wolfgang Amadeus, en termes d'image, est la conscience de la musique. De toute façon, le classique n'est pas concerné, ou si peu. Car pour recevoir les dons (c'est le mot employé) des internautes repentants, il faudrait que Mozart, ou ses actuels interprètes, soient inscrits à Moozar.
 

Le cabinet de curiosités
 
Anciens sujets par thème
 

Anciens sujets par date
2020
2019
2018
2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010
2009