Mardi 15 octobre 2019
Le cabinet de curiosités par François Lafon
Le déclin des orchestres américains : la faute aux baby-boomers
mercredi 17 février 2010 à 08h48
Graphique douloureux publié par la Ligue des orchestres américains, dans son Audience Demographic Research Review (étude démographique du public). On y lit – ce qu'on savait déjà - que c'est à l'âge mûr que les gens (enfin, des gens) délaissent les Rolling Stones pour se tourner vers Brahms. On y lit aussi que ce sont les baby-boomers qui ont commencé à exclure la musique classique de la culture générale. Détail inquiétant : la génération appelée « X », celle des actuels quadragénaires, tarde dangereusement à découvrir Brahms. Normal : les baby-boomers n'ont pas transmis à leurs enfants une culture qu'ils ont eux-mêmes jetée aux orties. Cela, on ne l'a pas remarqué tout de suite, parce que les baby-boomers (enfin, ceux qui étaient encore mélomanes) ont contribué par leur nombre à booster les statistiques. Comme le remarque Alex Ross, le critique musical du New Yorker, sur son blog Unquiet Thoughts, rien n'est perdu, puisque en Amérique comme en Europe, les conservatoires refusent du monde, et que des programmes d'initiation à la musique fleurissent un peu partout. Ce qui est urgent, c'est, en attendant, de convaincre la génération X qu'elle vivrait mieux avec Brahms que sans. En France, où l'honnête homme se doit de connaître La Princesse de Clèves sur le bout des doigts mais n'est pas tenu de savoir que Beethoven a composé neuf symphonies, le problème n'est pas moins aigu. Mais là non plus, rien n'est perdu : on construit bien une grande salle de concerts au bord du périphérique parisien.
 

Le cabinet de curiosités
 
Anciens sujets par thème
 

Anciens sujets par date
2019
2018
2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010
2009