Mercredi 6 juillet 2022
Concerts & dépendances
mercredi 23 décembre 2020 à 17h37
Fondée en 1873, The Oratorio New-York Society est l’une des plus anciennes organisations musicales aux Etats-Unis. Son cinquième président, un certain Andrew Carnegie, fit construire une salle de concert dont l’inauguration eut lieu en 1891. Dès 1874, The Oratorio New-York Society, composée de professionnels et d’amateurs, prend l’habitude d’interpréter chaque année à Noël le Messie de Haendel, au Carnegie Hall, bien sûr, depuis son ouverture, ce qui constitue un événement populaire new-yorkais. La salle est aujourd’hui fermée pour cause de Coronavirus, mais The Oratorio New-York Society n’aurait pour rien au monde manqué à la tradition. En octobre, musiciens et chanteurs ont décidé d’interpréter des extraits du Messie en respectant toutes les précautions sanitaires. Pour lancer un Hallelujah optimiste, on en bien besoin. 
Gérard Pangon
La vidéo, c'est par ici.

mercredi 9 décembre 2020 à 14h36
3 décembre Invalides. Etrange concert des Révélations des Victoires de la musique. Pandémie oblige, l’atmosphère est fantomatique : une douzaine de spectateurs masqués dans l’immensité de la cathédrale, dont les musiciens doivent domestiquer l’acoustique, ce qui n’est pas une mince affaire. Est-il possible dans ces conditions difficiles qu’ils donnent le meilleur d’eux-mêmes, alors que ce concert est justement fait pour les laisser s’épanouir ad libitum ? Ils ont la chance, en tout cas, d’avoir pour marraine Claire Désert, accompagnatrice attentive, souriante et rassurante.

Le ténor Kevin Amiel et la soprano Marie Perbost ne sont déjà plus des débutants, ils chantent extraverti, jouent sur leur présence efficace, ce qui séduit dans l’opéra italien (Donizetti) mais n’est pas toujours ad hoc ailleurs : on attend parfois un peu plus d’intériorité et de tempérance vocale (chez Massenet pour lui, chez Debussy pour elle).

Les trois nommés dans la catégorie Soliste instrumental complètent le plateau. Théotime Langlois de Swarte, si éblouissant dans le répertoire baroque (voir ici), se trouve un peu étouffé chez Mozart par le hautbois de Gabriel Pidoux : dans des transcriptions de La Flûte enchantée par Wolfgang himself (air de Papageno, deuxième air de la Reine de la nuit), celui-ci occupe magnifiquement un espace dont les résonances le favorisent. Et il récidive dans la Sonate pour hautbois de Saint-Saëns, pièce rare, où il fait merveille. Quant à la violoniste Raphaëlle Moreau, chez Chostakovitch (Pièces pour deux violons) comme dans un Nocturne de Lili Boulanger ou dans l’Elégie de Massenet, elle fait preuve d’une superbe musicalité et d’un caractère affirmé. Elle rayonne. 
Gérard Pangon
 
Ce concert, dont on imagine que l’enregistrement aura gommé les bugs acoustiques, est diffusé le 12 décembre à 21 heures sur Radio-Classique. Le prochain concert aux Invalides, le 17 décembre, en jauge réduite, est consacré à Puccini.
 
 

Concerts & dépendances
 
Anciens sujets par thème
 

Anciens sujets par date
2022
2021
2020
2019
2018
2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010
2009