Samedi 20 juillet 2019
Concerts & dépendances
Riccardo Muti : « Rome, unique objet de mon assentiment »
dimanche 6 décembre 2009 à 10h05
Privé de théâtre depuis son départ tumultueux de la Scala de Milan en 2005, Riccardo Muti vient d'être nommé directeur de l'Opéra de Rome. Il prendra ses fonctions le 3 décembre 2010, en dirigeant Moïse et Pharaon de Rossini. La Ville Eternelle étant, dans le domaine lyrique, considérée comme provinciale - et l'Opéra de Rome ayant frôlé la catastrophe avant que l'état ne lui lance une bouée de sauvetage de quinze millions d'euros -, c'est en apparence un curieux choix de la part de ce chef ****luxe, qui s'apprête par ailleurs à prendre les rênes du très riche Orchestre Symphonique de Chicago. Quelle revanche, en réalité ! Puisque la Scala est tombée aux mains des étrangers (Stéphane Lissner, Daniel Barenboim), puisque cette saison encore, Bizet, Mozart, Janacek, Wagner, Berg et Gounod n'y laissent qu'un strapontin à Rossini, Verdi et Donizetti, Muti, star internationale mais nationaliste en art comme en politique, prend la tête de l'opposition, dans un théâtre 100% italien. Il va sans dire que les élus romains (le maire, Gianni Alemanno en tête, membre du parti de Silvio Berlusconi Popolo della Libertà) se frottent les mains d'avance, le seul nom du chef étant, en plus, censé faire bourse délier à des sponsors jusqu'ici réticents. Si Visconti était encore vivant, il en ferait un film.