Dimanche 26 mai 2019
Concerts & dépendances
Opéra Bastille 2 : un Crépuscule des dieux pour l’oreille
vendredi 31 mai 2013 à 01h45

Reprise de La Tétralogie bouclée à l’Opéra Bastille avec Le Crépuscule des dieux, en attendant le cycle complet du 18 au 26 juin. Toujours le volet le plus faible pour la mise en scène, même partiellement revue : fête foraine cheap chez les Gibichungen, corps astral holographique s’échappant du cadavre de Siegfried (peu d’effet mais sûrement très cher à réaliser), finale en doom-like (jeu vidéo première génération) insinuant que le monde actuel est virtuel et ne mérite que son triste sort. Deux ans après (voir ici), Philippe Jordan revoie lui aussi sa copie - tempos plus serrés, élimination de quelques tunnels, tissu orchestral plus chatoyant encore – et achève d’imposer son style : équilibre subtil entre conception symphonique et sens du théâtre. Un Wagner tenant compte du passé – école Knappertsbusch-Barenboim plutôt que Böhm-Boulez - sans être passéiste à la Christian Thielemann. Plateau sans faute mené par Hans-Peter König, basse de choc en méchant Hagen, et Petra Lang (Brünnhilde), ex-mezzo au fort tempérament et aux aigus bien accrochés.

François Lafon
 

Photo © Elisa Haberer/Opéra de Paris