Lundi 20 mai 2019
Concerts & dépendances
La Colombie à l’Athénée, si loin, si proche
samedi 7 octobre 2017 à 00h23
Ouverture de la saison à l’Athénée : week-end colombien, dans le double cadre de l’année France-Colombie et du festival Colombie un cartel contemporain. Trois concerts imaginés par Maxime Pascal et Le Balcon, ensemble en résidence et signature musicale du lieu, avec son complice le vidéaste Nieto. Le premier, vendredi, commence doux : trois pièces pour quatuor à cordes utilisant l’électronique - tradition du Balcon -, survolée tout de même par d’étranges battements d’ailes (Danse intérieure de Pedro Garcia-Velasquez), parcourue d’ombres inquiétantes (Murmullos de Leonardo Idrobo), détournant le folklore local (Si algo te debo, con esto te pago - Si je te devais quelque chose, avec ceci je te paie - de Pedro Ojeda Acosta), cette dernière œuvre laissant la partie « classique » du public plus froide que ceux qui sont venus pour … la suite. Car après l’entracte, le ton monte : quatuor à l’avant-scène toujours, mais dialoguant avec le groupe rock underground d’Elbis Alvarez, ex-guitariste des Meridian Brothers et pourfendeur ironique des us et coutumes de son pays. Titre du show : El Gran Parajo de Los Andes (le grand Oiseau des Andes), montré comme un pauvre condor groggy et porté sur la bouteille (inénarrable Pedro Ojeda dans le costume mité de l’ex-roi du ciel andin). Nouvelle séparation des publics : ceux qui comprennent les textes, commentaires et allusions s’amusent bien, les autres sont surtout sensibles à l’énergie des musiciens vêtus de satin rouge sur fond de draperies noires. Samedi, ciné-concert (entre autres) avec, revisité par Nieto, le film culte et anonyme Garras de Oro (1926), premier manifeste anti-impérialiste du cinéma latino-américain. Dimanche, concert en binôme d’Alphonse Cemin (pianiste du Balcon) avec Teresita Gomez, virtuose aussi célèbre en Colombie (« Etre noire, musicienne et femme dans le monde où j’évolue a été complexe ») qu’inconnue ici. On imagine Louis Jouvet contemplant du paradis des acteurs ce théâtre qui fut le sien : « Il y en a où l’on s’embête. Dans celui-là, on n’arrête pas de s’étonner ». 

François Lafon

Week-end colombien, théâtre de l’Athénée-Louis-Jouvet, Paris, 6, 7, 8 octobre (Photo © Andres Gomez Sierra)