Mardi 21 mai 2019
Concerts & dépendances
King Arthur, Purcell et le jeu transparent
jeudi 4 octobre 2018 à 00h23
Festival Purcell au théâtre de l’Athénée : King Arthur par l’Ensemble Barockopera d’Amsterdam. Huit musiciens – dont la cheffe, aussi flûtiste, Frédérique Chauvet – cinq chanteurs, une rangée de chaises rouges et un coffre d’où sortira le matériel hétéroclite mais nécessaire, pour raconter la mythique mais très politique naissance de la nation anglaise. Une façon économique – aux antipodes du grand spectacle monté il y a un quart de siècle au Chatelet par Graham Vick – de repenser ce « semi-opéra », théâtre total typiquement britannique mêlant musique, danse et comédie, dont on ne sait pas très bien à quoi il ressemblait sur scène, tout cela aggravé, dans ce cas précis, par le fait que la partition n’en a été retrouvée que sous forme de documents épars (une soixantaine), lacunaires de surcroît. Comme il n’y a rien à jeter dans ce patchwork musical, le Barockopera - dont c’est le spectacle fétiche (paru sur disque en 2012 – Ligia Digital) -  est aussi scrupuleux quant aux notes (belle adaptation  « de chambre ») qu’il est fantaisiste dans les mots, optant pour le « jeu transparent ou épique néerlandais », les acteurs-chanteurs « interprétant leurs personnages tout en restant visibles en tant qu’individus ». On pense en les voyant aux Monty Python (en moins provocants) et aux Branquignols (en moins burlesques), assez britanniques dans le maniement du nonsense et du double-take, cherchant ostensiblement à garder leur dignité dans les situations les plus improbables tout en chantant avec le scrupule nécessaire. La même équipe termine la semaine prochaine, avec un opéra imaginaire intitulé Queen Mary, le festival inauguré par un Didon et Enée qui a fait salle comble (production de l’Arcal), où l’on découvrait - proposition psychanalytique intéressante – que la reine amoureuse et la sorcière qui provoque sa perte pouvaient bien être les deux faces d’une même personnalité. 
François lafon

Théâtre de l’Athénée, Paris. King Arthur, jusqu’au 7 octobre - Queen Mary, du 10 au 13 octobre (Photo © DR)