Dimanche 26 janvier 2020
Concerts & dépendances
John Adams, tremblement de terre et bien-pensance
mercredi 12 juin 2013 à 01h06

Au Châtelet, I was Looking at the Ceiling and Then I Saw the Sky, songplay de John Adams sur un livret de l’écrivain et militante June Jordan. Une variation à chaud sur le tremblement de terre de Los Angeles (1994), mis en scène à l’époque par Peter Sellars. Cette fois, c’est le metteur en scène et scénographe Giorgio Barberio Corsetti qui s’y colle : immeubles pivotants et incrustations savantes pour suggérer (efficacement) la ville-prison devenue ville-piège, où s’accomplit le destin modeste d’une petite société multiethnique. Sept solistes (excellents) et groupe de rock pour ces vingt-deux chansons enchaînées, où Adams opère le tour de force d’inventorier les genres populaires (pop, jazz, gospel, blues) sans cesser de faire du John Adams, rompant avec style grand opéra de Nixon  in China et The Death of Klinghoffer. Livret malin mais univoque, maniant à la truelle poncifs et bien-pensance. En 1994, Sellars avait monté un formidable Marchand de Venise transposé à Venice (Californie), où s’affrontaient asiatiques, noirs et latinos. Même principe, efficacité décuplée. Mais le scénario et la musique (des mots) étaient signés Shakespeare.

François Lafon

Châtelet, Paris, jusqu’au 19 juin Photo © Théâtre du Châtelet