Mercredi 17 juillet 2019
Concerts & dépendances
Berlioz au top à Strasbourg
lundi 17 avril 2017 à 17h19
Les Troyens  est un drame lyrique en deux parties - « La prise de Troie » et « Les Troyens à Carthage » - d’Hector Berlioz sur un livret du compositeur d’après Virgile, créé partiellement à Paris en 1863, intégralement à Karlsruhe en 1890, à titre posthume et en deux soirées. La création intégrale en une seule soirée n’interviendra qu’en 1957, à Londres. « La prise de Troie » (actes I et II) relate les derniers moments de la cité assiégée depuis dix ans par les Grecs, « Les Troyens à Carthage » (actes III à V) les amours de Didon et d’Enée en route vers l’Italie. La durée  de l’ouvrage  (plus de quatre heures) et l’ampleur de ses effectifs ont nui à sa diffusion, alors que Berlioz s’y manifeste à son sommet. L’Orchestre philharmonique et le Chœur philharmonique de Strasbourg, les Chœurs de l’Opéra National du Rhin et les Chœurs de l’Opéra d’Etat de Bade viennent d’en donner une splendide exécution de concert (enregistrement à paraître chez Erato). Parmi les très nombreux rôles solistes, trois se détachent absolument : dans la première partie celui de la prophétesse Cassandre, que personne ne croit (la contralto Marie-Nicole Lemieux), dans la seconde ceux de la reine de Carthage (la  mezzo-soprano Joyce DiDonato) et du héros à l’origine de la fondation de Rome (le ténor Michael Spyres). Il serait hors de propos de vanter ici, encore moins de jauger, les mérites de chaque chanteur : l’essentiel est ailleurs. Grâce aux uns et aux autres, sans oublier John Nelson à la tête de l’ensemble, et notamment des chœurs, Berlioz est apparu dans toute sa splendeur et dans toute sa diversité, dans sa synthèse du monumental  et de l’intime, du décoratif (les ballets) et du solennel, du symphonique - quel traitement de l’orchestre ! - et du théâtral. En voulant avec Les Troyens « shakespeariser » Virgile, il produisit un chef-d’œuvre bien de son temps mais apparaissant, tant par son livret que par sa musique, comme la dernière en date des grandes tragédies lyriques à la française.
Marc Vignal
 
Palais de la Musique et des Congrès, Strasbourg, 15 avril (Photo © Gregory Massat)