Dimanche 26 mai 2019
Concerts & dépendances
Aix 1 : Pinocchio, supplément d’âme
lundi 17 juillet 2017 à 02h12
Dernière représentation au Festival d’Aix-en-Provence de Pinocchio, musique de Philippe Boesmans, livret et mise en scène de Joël Pommerat d’après sa propre pièce (2008). Grand Théâtre de Provence bondé, public mélangé, beaucoup d’enfants. Le contraire pourtant de la version Walt Disney du conte de Carlo Collodi. Comme à son habitude (gros succès de sa Cendrillon, reprise ce printemps à Paris), Pommerat explore les zones d’ombre du conte de fées : entre « On ne plaisante pas avec la vérité » et « L’art ne peut changer la vie, mais il important de jouer à y croire », il met à nu l’enchantement sans pour autant désenchanter l’histoire emblématique du petit pantin de bois. Mais alors que dans Au Monde, leur première collaboration (Aix 2011), la musique banalisait le texte (et vice-versa), cette fois l’osmose se fait, peut-être parce que Boesmans s’est « lâché », qu’il manie avec une liberté (thème du festival 2017) qu’on ne lui connaissait pas le pastiche et le mélange des genres sans abdiquer sa rigueur d’écriture, et qu’aux images en noir et blanc, à la fois somptueuses et austères, de Pommerat, il apporte un supplément d’âme qui transcende l’ensemble. Flashes inoubliables que la Fée aux aigus stratosphériques, immense dans sa crinoline blanche, apprenant la vie des humains au petit pantin rebelle, et que la transformation de celui-ci en petit garçon de chair et d’os au terme du voyage initiatique dans le ventre du monstre marin. Souple direction d’Emilio Pomarico à la tête d’un somptueux Klangforum Wien, plateau de rêve mené par Stéphane Degout, aussi bon acteur qu’il est grand chanteur en directeur d’une troupe (métaphore de la compagnie Louis Brouillard de Pommerat ?) où chacun, Chloé Briot (le Pantin) et Marie-Eve Munger (la Fée) en tête, achève de conférer à ce Pinocchio le statut de pendant au jusqu’ici inapproché Enfant et les sortilèges de Ravel et Colette. 
François Lafon 

Festival Aix-en-Provence, Grand  Théâtre de Provence. Représentations ultérieures au Théâtre de la Monnaie de Bruxelles, à l’Opéra de Dijon et à l’Opéra de Bordeaux (Photo © Patrick Berger/Artcompress)