Dimanche 23 juin 2024
Prométhée à Fribourg
Beethoven si enjoué et spontané avec le Freiburger Barockorchester
Beethoven - Symphony n°7

Cette 7e Symphonie de Beethoven rayonne dès l’étonnante et longue introduction du 1er mouvement comme rayonnent la plupart des nombreux enregistrements du Freiburger Barockorchester sur instruments d’époque. Ses récentes collaborations avec des chefs invités comme Simon Rattle, René Jacobs ou Pablo Heras-Casado ne l’empêche nullement de se frotter à Corelli (voir ici), Mozart (et ici) ou Telemann (ici encore) sous la baguette partagé des premiers violons Petra Müllejans et Gottfried von der Goltz. Trente ans après sa création, la formation allemande a toujours cet allant et cette fraîcheur caractéristiques, à retrouver dans cette 7ème Symphonie de Beethoven si spontanée et enjouée. Son secret réside dans la maîtrise d’un rythme ni précipité ni tapageur mais irrigué en permanence, successivement majestueux – la marche du II –, agile – Presto – et d’une somptuosité dionysiaque dans l’Allegro final ! Parachevée par un équilibre idéal entre les différents pupitres, à cette version remarquable qui fera date de la 7e Symphonie s’ajoute celle du ballet Les Créatures de Prométhée, avec ses seize numéros au complet précédés de l’Ouverture et de l’Introduction « La Tempesta » – aussi singulièrement enjoué et ébouriffé que la 1ère Symphonie, d’un compositeur de trente ans. Mais, avec le Freiburger Barockorchester, Beethoven n’est-il pas éternellement jeune ?   
 Franck Mallet

Beethoven : Symphonie n° 7, op. 92 ; Les Créatures de Prométhée, op. 43
Freinurger Barockorchester
Direction musicale : Gottfried von der Goltz
2 CD Harmonia Mundi HMM 902446.47 (dist. PIAS)
1 h 44 min

mis en ligne le mardi 20 avril 2021

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.