Lundi 10 août 2020
Tout feu tout flamme
Krzysztof Urbanski ne tient pas la distance straussienne
Also Sprach Zarathustra - Don Juan - Till Eulenspiegel

Chassez le naturel … ou plutôt provoquez-le, ce que fait Krzysztof Urbanski avec ce trio de poèmes symphoniques de Richard Strauss. Avec Dvorak (voir ici), Stravinsky (voir ) et Chostakovitch (et ), le Principal Chef Invité depuis 2015 de l’excellent NDR Elbphilharmonie - ex-Orchestre Symphonique de la NDR rebaptisé du nom du futuriste palais de la musique de Hambourg – a montré son goût pour le grandiose et le spectaculaire, appuyé sur une technique imparable. Mais à la différence du grand chef Antoni Wit, son maître à l’Université Chopin de Varsovie, il n’a pas toujours l’endurance de ses ambitions, et cède à la grisaille dès que le propos s’intimise. Ainsi son Don Juan démarre tout feu tout flamme mais perd de sa superbe lorsque le héros réfléchit sur lui-même (c’est le séducteur romantique selon Lenau qui a inspiré Strauss), et son Till Eulenspiegel n’est que facétieux. Quant à Ainsi parlait Zarathoustra, son célèbre frontispice (2001, l’Odyssée de l’espace) s’étire, s’élève et tonitrue, mais la demi-heure qui suit, où Strauss se propose de « tracer un tableau de la race humaine jusqu’à la conception nietzschéenne du Surhomme » n’en paraît que plus monotone. On reviendra à Karl Böhm, qui dirigeait son ami Strauss en pensant à Mozart, ou, si l’on veut de l’épique, au geste péremptoire mais sans relâche de Fritz Reiner. 
François Lafon 

Don Juan - Till Eulenspiegel - Also Sprach Zarathustra
Stefan Wagner (violon solo)
NDR Elbphilharmonie Orchestra
Direction musicale : Krzysztof Urbanski
1 CD Alpha-Classics 413
1 h 05 min

mis en ligne le mercredi 29 avril 2020

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.