Mercredi 20 novembre 2019
Concerts d’automne Tours – 3
Un grandiose ouvrage de jeunesse signé Haendel
Il trionfo del Tempo e del Disinganno

Dédiés aux répertoires italiens des XVIIe et XVIIIe siècles – Caldara, Porpora, Scarlatti, Bononcini et Stradella –, Les Accents du violoniste et chef Thibault Noally ne pouvaient que s’intéresser aux œuvres italiennes de Haendel, en particulier l’un de deux oratorios composés à Rome : Il trionfo del Tempo e del Disinganno (1707), qu’ils portaient sur scène pour la première fois. Révélés au Festival de Beaune depuis sa création, en 2014, Noally et son ensemble se sont déjà distingués maintes fois, comme cet été à la Chaise Dieu  (voir ici), précédé par un bouillonnant album consacré à « Bach & Co » (encore ici). C’est ce même traitement, vif et alerte, que les interprètes appliquèrent au premier oratorio d’un jeune virtuose compositeur, âgé de vingt-deux ans.
Il faut dire que les accents si italianisants de la partition, enchaînant mélodies enjouées et rythmes soutenus, exigent beaucoup de virtuosité de la part des instrumentistes. Entraînés par le violon de Noally, les deux violoncelles d’Elisa Joglar (solo) et Keiko Gomi et la contrebasse de Clotilde Guyon assurent une couleur franche et contrastée tout au long de cet ouvrage de près d’une heure et demie. Haendel réclame de son orchestre une attention sans faille, de l’ensemble des cordes aux vents – Rodriguez Gutierez (solo) et John Olaberria, hautbois, Emmanuel Vigneron, basson et Michelle Tellier, flûte –, en passant par l’orgue et le clavecin, tenus par Mathieu Dupouy. Plus encore, il fallait admirer les pyrotechnies vocales d’Anna Bonitabus, d’une vaillance inouïe dans le rôle de Piacere ! Solo, duo et ensemble : les trois autres chanteurs sont à l’unisson, entre Rachel Redmond, remplaçant au pied levé Ana Maria Labin, souffrante, dans celui de Belezza – soprano dont la carrière débuta au sein du Jardin des voix de William Christie, en 2011 –, le ténor Victor Sicard (Tempo) et le contre-ténor Carlo Vistoli (Disinganno) – tous deux… anciens lauréats du Jardin des voix. Ouvrage de jeunesse que ce Triomphe du Temps et de la Désillusion, mais grandiose par Thibault Noally et Les Accents.
Franck Mallet

Tours – Grand Théâtre, 12 octobre (Thibault Noally : Photo © Remi Angeli)

Prochain week-end des 18, 19 et 20 octobre, avec les Ensembles Jacques Moderne (« L’Orphée de Dresde, Heinrich Schütz »), La tempête (« Grande messe de Requiem pour Charles Quint ») et Les traversées baroques (« L’âge d’or musical à Saint-Marc de Venise »).

Haendel : Il trionfo del Tempo e del Disinganno
Anna Bonitatibus (Piacere), Rachel Redmond (Bellezza), Carlo Vistoli (Disinganno), Victor Sicard (Tempo)
Les Accents
Direction musicale : Thibault Noally

mis en ligne le jeudi 17 octobre 2019

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.