Mardi 19 juin 2018
Un XVIIIème siècle inouï
L'invention superbe d'une tragédie lyrique à partir de Rameau et Gluck
Enfers

Dans la vague des « enregistrements à programme », en voici qui un qui ne passe pas inaperçu, tant par sa conception que par son exécution. Point de départ : une partition anonyme du XVIIIème siècle récemment découverte à la Bibliothèque nationale de France, messe de requiem écrite d’après des musiques de Rameau, extraites de Castor et Pollux et des Fêtes de Paphos. A partir de cette osmose musique profane/musique sacrée, Raphaël Pichon et ses comparses imaginent d’insérer dans cette messe des extraits d’opéras centrés sur le thème des enfers pour raconter les tribulations d’un homme entre douleur et lumière, séparations et rédemption. C’est ainsi une sorte de tragédie lyrique qui se dessine, avec une interprétation d’une telle puissance évocatrice qu’on a l’impression qu’elle se déroule sous nos yeux, sensation assez exceptionnelle pour qu’elle mérite d’être soulignée. En tête de la distribution, Stéphane Degout incarne le Tragédien, en quelque sorte un héritier d’Henri Larrivée célèbre à son époque comme chanteur dans les opéras de Rameau et, surtout, comme créateur de ceux de Gluck. Tout à tour Oreste ou Ubalde (Gluck), Thésée, Abramane ou Pluton (Rameau), le Tragédien décrit ses hésitations et ses égarements, s’aventure dans des labyrinthes maudits, clame sa peine et ses douleurs, croise quelques personnages (magnifiquement interprétés eux aussi) qui le rassurent ou l’angoissent, et finit par mourir loin des tourments du monde. De bout en bout, cet itinéraire vous prend, vous tient, vous entraîne dans la visite musicale d’un XVIIIème siècle inouï.
Gérard Pangon

Extraits de Rameau : Zoroastre, Dardanus, Castor et Pollux, Hippolyte et Aricie, Les Surprises de l’amour, Les Boréades - Gluck : Iphigénie en Tauride, Armide, Orphée et Eurydice - Rebel : Chaos
Stéphane Degout (basse-taille), Emmanuelle de Negri (dessus), Stanislas de Barbeyrac (taille), Reinoud van Mechelen (haute-contre), Sylvie Brunet-Grupposo (bas-dessus), Nicolas Courjal (basse), Thomas Dolié (basse-taille), Mathias Vidal (taille)
Pygmalion
Direction musicale : Raphaël Pichon
1 CD Harmonia Mundi HMM 902288
1 h 18 min

mis en ligne le mardi 22 mai 2018

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.