Vendredi 18 octobre 2019
Un ténor en tenue de mariachi
Rolando Villazon et la chanson mexicaine
México !

Un CD de chansons mexicaines chez la plus classieuse des maisons de disques ? Au même titre que « La vie en rose » pour les francophones, certaines de ces mélodies sont pour les hispanophones des deux côtés de l’Atlantique de véritables classiques. Si le nom d’Agustín Lara ne vous dit rien, écoutez Solamente una vez et vous reconnaîtrez là l’un des auteurs les plus inspirés de chansons du siècle dernier. Rien d’étonnant donc à ce que le ténor mexicain Rolando Villazón ait tenu à les enregistrer, sur les pas d’un Domingo ou un Carreras. Comment donc écouter ce programme ? Si on le compare aux interprètes « populaires » de ces mêmes chansons, on est un peu frustré justement dans les morceaux les plus connus. Perfidia est chanté sans que l’on sente la mélancolie du texte et Cucurrucucú paloma, chef d’œuvre de tristesse, avec ces accents héroïques dans la voix un peu hors de propos. Et pourquoi d’une manière générale cette tendance à exhiber l’aigu au lieu de soigner l’expression ? Certes, les mariachis sont enclins à la surenchère vocale, mais le ténor a justement des moyens autrement plus variés. Dommage, car, de temps à autre, il oublie de donner de la voix pour savourer les mots et sonne enfin « juste ». Les arrangements pour un petit ensemble de chambre n’auront pour certains pas assez de couleur latino, mais cette manière d’éviter le poncif maracas-guitare-trompettes a le mérite de rendre encore plus intemporels ces classiques.
Pablo Galonce

Bésame mucho - Despedida - Dime que si - Cucurrucucu paloma - Intima - Comprendo - Veracruz...
Rolando Villazon (ténor)
Bolivar Solists
1 CD Deutsche Grammophon 477 8769
1 h 10 min

mis en ligne le mercredi 8 septembre 2010

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.