Jeudi 17 octobre 2019
Un Prokofiev bien sage
Abdel Rahman El Bacha retrouve le compositeur de ses débuts
 
Le même, pas pareil
Un Prokofiev fabuleux
Les Visions fugitives de Sviatoslav Richter
Oeuvres pour piano

Retour aux origines pour Abdel Rahman El Bacha, qui a commencé sa carrière discographique en recevant le Prix Charles Cros des mains de la veuve Prokofiev (Forlane - 1983). Quelques autres albums plus tard, parmi lesquels une intégrale remarquée des Concertos, voici les pièces pour piano composées par le jeune Prokofiev avant de quitter la Russie. Ce sont des fêtes du rythme, dont le compositeur était le maître en ce temps où il était d’avant-garde, mais aussi de beaux tableaux expressifs, comme ces Visions fugitives, inspirées par le poète symboliste Constantin Blamont. Il y a aussi les Dix Pièces op. 12 - des hommages flamboyants aux genres du passé (Gavotte, Rigaudon, Allemande…) -, les Sarcasmes - coups de patte aux critiques malveillants -, et la magistrale 2ème Sonate, réécrite en 1923 après la perte de la première rédaction. C’est dans cette Sonate et dans les Dix Pièces que le jeu virtuose et sensible d’El Bacha est le plus approprié. Il paraît en revanche trop sage dans l’explosive Toccata qui ouvre le programme, et trop éloigné des humeurs changeantes des Visions fugitives, dans lesquelles excellait Sviatoslav Richter.
François Lafon

Toccata - Dix Pièces pour piano op. 12 - Sonate n°2 - Sarcasmes - Visions fugitives
Abdel Rahman El Bacha (piano)
1 CD Mirare MIR 165
1 h 18 min

mis en ligne le jeudi 29 mars 2012

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.