Mercredi 20 mars 2019
Un disque pour faire alto
Tabea Zimmermann, une championne pour Hindemith
Œuvres complètes pour alto Vol.1 : alto et orchestre

Ça n'a échappé à personne (!), 2013 marque le cinquantième anniversaire de la mort de Paul Hindemith. Fi de célébrations, voilà un enregistrement qui fait du sens, bien au-delà de cette circonstance chronologique. D’abord pour l’instrument : premier volet d’une série consacrée aux œuvres d’un compositeur qui a beaucoup écrit pour alto (Hindemith était, lui-même, un remarquable altiste), ce disque met en valeur un instrument riche de possibilités mais trop souvent délaissé. Ensuite, et surtout, par son interprète qui, à elle seule, fait de cette série un événement : si elle était violoniste ou pianiste, Tabea Zimmermann serait sans doute une vedette mondiale. Elle se contente d’être une virtuose exceptionnelle (et une chambriste aussi, au sein du Quatuor Arcanto). Son riche et dense, technique hors pair, sensibilité, intelligence, c’est peu dire que l’entendre permet de comprendre les splendeurs de l’alto. Que ce soit dans le cinquième Kammermusik, clin d’œil roboratif aux Brandebourgeois de Bach à la limite des possibilités physiques du soliste, ou dans la Trauermusik, jouée vraiment sur un fil, Tabea Zimmermann balaie l’image d’un Hindemith académique et cérébral. Superbe prise de son, belle édition, les anniversaires ont parfois du bon.
Pablo Galonce

Der Schwanendreher ; Trauermusik ; Kammermusik n°5 op.36 n°4 ; Konzertmusik für Solobratsche und grösseres Kammerorchester op.48 a
Tabea Zimmermann (alto)
Deutsches Symphonie-Orchester Berlin
Direction musicale : Hans Graf
1 CD Myrios Classics MYR 010
1 h 20 min

mis en ligne le vendredi 22 novembre 2013

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.