Lundi 27 mai 2019
Un couple bien assorti
Ibragimova et Tiberghien en tandem pour Beethoven
Violin sonatas - 1

Tout est affaire d’alchimie dans les Sonates pour violon de Beethoven : si la balance penche trop du même côté, elles deviennent facilement des œuvres au service d’une star. Autant dire que ce ne sont pas toujours les violonistes les plus virtuoses qui s’en sortent le mieux de ces œuvres où le piano vole souvent la vedette au violon. Au Wigmore Hall de Londres, Alina Ibragimova et Cédric Tiberghien ne manquent pas de virtuosité mais surtout forment un couple parfaitement complémentaire pour ce premier volet d’une intégrale de très bon augure : la violoniste russe, au jeu parfaitement millimétré, semble être l’élément raisonnable de ce tandem tandis que les idées démangent les doigts du pianiste français. Leurs échanges ne sont peut-être pas aussi fulgurants que ceux d’Isabelle Faust et Alexandre Melnikov dans l’intégrale réalisée chez Harmonia Mundi, mais Ibragimova et Tiberghien n’ont pas le bénéfice du studio et ils prennent sur le vif tous les risques possibles. Le résultat est un ping-pong incessant, un échange sans cesse renouvelé, une fraîcheur mise en valeur avec virtuosité. De quoi s’impatienter en attendant la « Kreutzer » et la « Printemps ».
Pablo Galonce

Sonates pour violon et piano op. 12 n° 1, op. 23, op. 30 n° 2 et 3
Alina Ibragimova (violon), Cédric Tiberghien (piano)
1 CD Wigmore Hall Live 0036
1 h 22 min

mis en ligne le jeudi 28 octobre 2010

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.