Mardi 18 septembre 2018
Tranche de vie
Lucia di Lammermoor, opéra gore selon Katie Mitchell
Lucia di Lammermoor

L’opéra romantique italien dans toute sa fadeur, Lucia di Lammermoor ? Au Covent Garden de Londres en 2016, la metteur en scène Katie Mitchell, coqueluche entre autres du festival d’Aix-en-Provence, y a vu un brûlot féministe doublé d’un film gore. Deux scènes contiguës (une habitude chez Mitchell). Sur l’une, on chante les jolies choses composées par Donizetti ; sur l’autre, on voit en détails l’envers du décor, agrémenté de quelques prolongements imprévus : fausse-couche de l’héroïne, meurtre de l’époux, suicide des amants. Enorme scandale, reprise « allégée de quelques outrances » en 2017. C’est le spectacle et la distribution originels qu’a capté la caméra. Le premier est mi-impressionnant, mi-comique, fort bien réalisé au demeurant. La seconde est traditionnelle : Lucia à la voix légère et au suraigu assuré de Diana Damrau, amant fougueux de Charles Castronovo, frère très méchant de Ludovic Tézier, ce dernier au niveau des grandes productions passées de l’ouvrage. Direction en force de Daniel Oren, insistant sur les aspects pré-verdiens de l’œuvre au détriment de la cantilène romantique. Les cœurs tendres fuiront. Mais seront-ils remplacés par les amateurs du cinéma de Mario Bava ou de Dario Argento ?
François Lafon

Lucia di Lammermoor
Diana Damrau (Lucia), Charles Castronovo (Edgardo), Ludovic Tézier (Enrico), Kwangchul Youn (Raimondo), Peter hoare (Normanno), Taylor Stayton (Arturo), Rachael Lloyd (Alisa)
Choeur et Orchestre du Royal Opera House, Covent Garden
Direction musicale : Daniel Oren
Mise en scène : Katie Mitchell
Réalisation : Margaret Williams
1 DVD Erato 0190295792053
2 h 42 min

mis en ligne le jeudi 12 juillet 2018

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.