Mercredi 20 mars 2019
Tourments et beauté
Brahms de l'alpha à l'omega par le Quatuor de Tokyo
Quintets Op. 34 & Op. 115

Deux quintettes, deux époques de la vie de Johannes Brahms. L’album s’ouvre avec le plus tardif des deux, celui avec clarinette (1891), véritable chant du cygne d’un maître au soir de son œuvre. Les premières mesures de l’Allegro sont trompeuses : à entendre cette mélodie pure comme de l’eau de roche, on pourrait croire qu’il s’agit-là d’une musique à la beauté simple, quasi prévisible. Ce serait mal connaître Brahms et la complexité de son écriture, fascinante au point qu’à chaque écoute on entend de nouveaux motifs entrer en relation les uns avec les autres. C’est déjà vrai dans le Quintette avec piano en fa, œuvre achevée en 1864 dans un style beaucoup plus tourmenté, qui semble contenir toutes les aspirations contrariées du jeune compositeur. S’il fallait trouver une B.O. pour les Mémoires d’outre-tombe, parues une quinzaine d’années plus tôt, à la mort de Chateaubriand, cela conviendrait tout à fait. Le tableau de Friedrich figurant sur la pochette, Nuages poussés par le vent, illustre d'ailleurs parfaitement cette atmosphère romantique. Le Tokyo String Quartet et les solistes Jon Nakamatsu (piano) et Jon Manasse (clarinette), offrent une interprétation précise, enlevée, classique au bon sens du terme de cette musique de chambre… qui ne demande qu’une chose : passer au salon !
Magali Fourmaintraux

Clarinet Quintet in B minor, Op. 115 ; Piano Quintet in F minor, Op. 34
Jon Nakamatsu (piano), Jon Manasse (clarinette) Martin Beaver, violon Kikuei Ikeda, violon Kazuhide Isomura, alto Clive Greensmith, violoncelle
Tokyo String Quartet
1 CD Harmonia Mundi HMU 807558
1 h 19 min

mis en ligne le mercredi 20 février 2013

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.