Dimanche 18 août 2019
Silence, on tourne…
Guillaume Coppola, intercesseur idéal des « musiques du silence »
Musiques du silence

C’est dans les interstices du temps que naissent ces « musiques du silence » que Guillaume Coppola met en scène à son piano, guidé par le cycle Musica Callada de Mompou – écrit entre 1959 et 1967. On admire le choix impeccable du musicien à associer, outre dix pièces de Mompou en fil conducteur, Ravel, Satie, Dutilleux, Scriabine, Chopin, Takemitsu, Debussy et Granados. Néanmoins, rien de démonstratif dans cet art des correspondances, car la grande variété expressive du compositeur catalan, entre raréfaction, danse volubile, méditation et envoûtement sidéral, permet d’ambrasser à la fois la mélancolie statique de la Gymnopédie n° 1 et de la Gnossienne n° 5 de Satie, deux Préludes extatiques de Scriabine, l’incantation mystérieuse du Prélude op. 28 n° 4 de Chopin ou la nuit céleste du Clair de lune de Debussy. Notes profondes, sens du rythme (Oriental de Granados enchaîné à Palmier d’étoiles de Mompou et Feux d’artifices de Debussy !) : Guillaume Coppola est l’intercesseur idéal de ces « musiques du silence ».     
Franck Mallet

Mompou : Musica Callada, extr. ; Paisajes, extr. ; Prélude n° 7 Palmier d'étoiles - Ravel : Prélude - Satie : Gymnopédie n° 1 ; Gnossienne n° 5 - Dutilleux : Prélude n° 1 - Scriabine : Préludes op. 16 n° 4 et op. 11 n° 15 - Chopin : Prélude op. 28 n° 4 - Takemitsu : Pause ininterrompue n° 3 - Debussy : Clair de lune ; Feux d'artifice - Granados : Danzas espanolas n° 2 Oriental
Guillaume Coppola (piano)
1 CD Eloquentia EL 1857 (distr. Socadisc)
1 h

mis en ligne le jeudi 23 mai 2019

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.