Samedi 14 décembre 2019
Sentiment religieux
Motets de la Contre Réforme pour séduire les fidèles
Giovanni Paolo Colonna - O splendida dies

Achevé en 1563 après vingt-cinq sessions échelonnées sur dix-huit ans, le Concile de Trente affirme les bases dogmatiques de la Contre Réforme catholique, et souligne en particulier l’importance des arts dans cette opération de reconquête : leur influence sur des populations en quête de guides peut servir à la propagation de la foi. A la fin du XVIème siècle, si les papes se font mécènes, c’est surtout pour affirmer leur pouvoir, mais au XVIIème, les embellissements financés par l’Eglise sont destinés à aviver le sentiment religieux : les émotions sensuelles qu’ils suscitent doivent favoriser les exaltations mystiques. La démarche est ambiguë, mais le baroque y trouve son compte, peintres, sculpteurs, architectes, décorateurs et musiciens ne reculent devant aucune ornementation. Né et mort à Bologne, la deuxième ville des Etats pontificaux, Giovanni Paolo Colonna (1637-1695) s’inscrit dans cette démarche sans aller jusqu’à l’excès. Dans les motets enregistrés ici, dont les textes vantent les mérites et les beautés de la foi, il cultive l’expressivité avec une certaine sobriété : les contrastes sont mesurés, les envolées sont maîtrisées. Quant aux pièces purement instrumentales et aux variations sur les instruments de basse continue, dues aux excellents interprètes, elles contribuent à rendre séduisant cet album d’un compositeur peu souvent enregistré.
Gérard Pangon

Motets à deux et trois voix op.3 : Salve pretiosum ; Advolate fideles populi ; A splendida dies ; Pulcra es ; E libano cæli ; Esurientes ; Adeste superi
Scherzi musicali
Direction musicale : Nicolas Achten
1 CD Ricercar RIC 406 (Outhere)
59 min

mis en ligne le vendredi 8 novembre 2019

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.