Mardi 15 octobre 2019
Requiem russe dans les Alpes (DVD)
Temirkanov et Chostakovitch, un binôme complémentaire
Symphonie n° 10

1953 : Staline vient de mourir, c’est le dégel en Union Soviétique. Comme pour faire un requiem de tous les horreurs passés tout en laissant ouverte une porte à l’avenir, Chostakovitch livre une symphonie, sa dixième, où aux trois premiers mouvements, très noirs, succède un finale d’un optimisme raisonnable. Archiclassique dans la forme mais totalement personnelle dans son message (Chostakovitch parsème la partition d'un motif de quatre notes qui est sa signature musicale), elle est l’un de sommets du compositeur, l’un des moins évidents aussi à grimper. Au cœur des Alpes, au Festival de Verbier 2009, face à un orchestre de jeunes élèves, Yuri Temirkanov, dans un de ses grands jours, a la tête d’un prophète : sobre, retenu, pour ne pas dire austère, le chef russe est dans son élément et donne à l’œuvre une carrure impressionnante. Mais tout inspiré qu’il soit, il ne parvient pas à masquer les ratés de l’exécution, au point de se demander s’il était raisonnable de publier ce document : l’orchestre, composé par les jeunes élèves de l’Académie de Verbier, ne sonne pas très juste, l’acoustique de la salle est déplorable, la prise de son n’arrange rien à l’affaire et l’image est désespérément statique et sombre. Attendons que quelqu’un ait l’idée d’enregistrer Temirkanov dans cette œuvre, dans une vraie salle de concerts et avec un vrai orchestre...
Gérard Pangon

Symphonie n° 10
Orchestre du Festival de Verbier
Direction musicale : Yuri Temirkanov
Réalisation : Sébastien Glas
1 DVD Idéale Audience

mis en ligne le mardi 19 octobre 2010

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.