Mardi 15 octobre 2019
Pop star pour un ratage baroque
Danielle de Niese court après ses vocalises
Beauty of the Baroque

Petite voix mais charme certain, physique de pop star et destin romanesque (elle a épousé le directeur du très smart festival de Glyndebourne) : Danielle de Niese plaide en faveur d’un classique décomplexé tel que l’aiment les actuels décideurs des maisons de disques. Ses premiers récitals, consacrés à Mozart et Handel, montraient ses limites. Cette fois, elle les dépasse. Maniérée dans Dowland, à court de technique dans Handel (écoutez, ou plutôt évitez l’air de Samson, avec trompette obligée), à bout de souffle dans Monteverdi (atroce duo final du Couronnement de Poppée, avec un Andreas Scholl en déroute), elle se surpasse dans une mort de Didon (Purcell, Didon et Enée) chanté comme une romance d’opérette, et dans des Bach qui feraient passer Arielle Dombasle pour un modèle de style. Cela est titré Beauty of the Baroque, avec Harry Bicket et The English Concert en guise de caution musicologique. C’est, tout simplement, un mauvais disque égaré dans le prestigieux catalogue Decca.
François Lafon

Beauty of the Baroque
DAnielle de Niese (soprano), Andreas Scholl (contre-ténor)
The English Concert
Direction musicale : Harry Bicket
1 CD Decca 478 2260
57 min

mis en ligne le samedi 16 juillet 2011

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.