Samedi 28 janvier 2023
Passé composé
L’imaginaire de Proust face aux musiciens revisité par Olivier Baumont
Un clavecin pour Marcel Proust

Couperin, Rameau, Scarlatti et Bach présents dans l’œuvre de Proust motivent cet album. Olivier Baumont rappelle que Hahn, intime de l’auteur de La Recherche, introduisit un clavecin dans sa comédie musicale La Carmélite (1902), tandis qu’au tournant du XXe siècle, Proust fut au contact du répertoire baroque, notamment d’extraits de Dardanus de Rameau, grâce aux soirées parisiennes des Polignac, ou encore qu’il rencontra la célèbre claveciniste et pianiste polonaise Wanda Landowska chez la princesse Soutzo. Quelque trente ans après son intégrale de l’œuvre pour clavecin de François Couperin (Erato, rééd. Warner, 2018), l’interprète retrouve ses chères Baricades mistérieuses (Second Livre de pièces de clavecin) sur un instrument von Nagel (1999, d’après Nicolas Blanchet) – ces mêmes Baricades, alors quasi inconnues, jouées à la suite du dîner organisé par Proust, au Ritz, en 1907. À l’évocation des personnages de la Recherche – Albertine Simonet qui interprète Rameau au pianola et la figure de Charles Morel inspirée du musicien Léon Delafosse (1874-1955) –, sans oublier le narrateur,  le « Je » de La Recherche qui, dans Le Côté de Guermantes, joue sur un virginal une Allemande de Jacques Champion, Olivier Baumont a composé un écho passionnant à l’imaginaire proustien où il s’agit d’apprécier son toucher élégant dans Rameau (extraits des Indes Galantes et Gavotte de Dardanus transcrite par Balbastre) comme dans Bach : fragments de la Sixième Suite anglaise et du Clavier bien tempéré. Outre Couperin et Scarlatti, l’Allegro non troppo de la Sonatine de Hahn, la Toccata en do mineur d’Eugène Anthiome – pastiche vers 1900 des clavecinistes du XVIIIe siècle – et Le menuet d’amour de Thérèse de Massenet – à l’origine pour clavecin –, sont joués, eux, sur le Pleyel de 1929 conservé au CNSMD de Paris – tandis que la mélodie de Ravel d’après un poème de Marot D’Anne jouant de l’espinette (1896) s’adonne au temps retrouvé de son accompagnement original, portée par la soprano Ingrid Perruche.                                                                                      
Franck Mallet

• Concert pour le nouveau Musée du Grand Siècle avec Hugo Reyne (flûte à bec) et Noémie Lenhof (basse de viole) à Sceaux le 8/12 (20 h 30) ; « Un clavecin pour Marcel Proust » avec Jean Pavans (récitant) à Venise (Palazzo Contarini-Polignac, 20 h) le 10/12.

François Couperin : Les Baricades mistérieuses ; Les Ombres errantes - Rameau : Indes Galantes (extr.) - Rameau/Balbastre : Gavotte de Dardanus - Honauer : Sonate V (extr.) - Massenet : Le Menuet d'amour - Bach : 6e Suite anglaise (extr.) ; Le Clavier bien tempéré (extr.) - Anthoime : Toccata en do mineur - Scarlatti : Sonates K. 144 et 55 - Hahn : Sonatine en do majeur (extr.) - Sweelinck : Alemande de Chapelle & deux Variations - Ravel : D'Anne jouant de l'espinette
Olivier Baumont (clavecins et virginal), Ingrid Perruche (soprano), Pierre-Éric Nimylowycz (violon), Nicolas Mackowiak (clavecin)
1 CD L'Encelade ECL 2204
46 min

mis en ligne le jeudi 1 décembre 2022

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.