Dimanche 23 juin 2024
Ombre portée
Premier récital d’un pianiste très doué
Meeting my shadow

Pour aller à la rencontre de son ombre (Meeting my shadow, titre de l’album), le Géorgien Giorgi Gigashvili (vingt-trois ans) chausse de superbes sneakers, bien visibles sur la photo de couverture. C’est qu’il joue classique, mais vient de plus loin : à treize ans, il était The Voice à la télévision de son pays. La rencontre de Martha Argerich au Concours de Vigo change la donne : bardé de prix, soutenu par la Fondation Lisa Batiashvili, récemment lauréat du Arthur Rubinstein Piano Master, il étudie avec Nelson Goerner, guidé par le très sérieux Impresariat Simenauer. Au programme de ce premier récital : Beethoven (Variations « Eroica ») et Scarlatti, Brahms (le presque ultime op. 117) et Scriabine (la 4ème Sonate « Messe noire »), Messiaen aussi, avec Le Baiser de l’Enfant-Jésus (l’un des Vingt Regards). Si shadow il y a, c’est celle de la maturité : rien de fantômatique dans son jeu, tout semble couler de source, animé autant qu’évocateur, au risque de perdre en route un peu du mystère (Scriabine), de la transcendance (Messiaen), des brumes du nord (Brahms). En attendant donc qu’il ne fasse qu’un avec son ombre.
François Lafon

Ludwig van Beethoven : Variations Eroica – Domenico Scarlatti : Sonates K.487, K. 29 – Alexandre Scriabine : Sonate n° 9 “Messe noire”, Valse n° 4 op. 38 – Olivier Messiaen : Vingt Regards sur l’Enfant-Jésus : Le baiser de l’Enfant-Jésus – Johannes Brahms : 3 Intermezzi op. 117
Giorgi Gigashvili (piano)
1 CD Alpha 930 (Outhere)
1 h 13 min

mis en ligne le jeudi 3 août 2023

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.