Dimanche 2 octobre 2022
Ombre et lumière
Zlata Chochieva confronte Mozart et Scriabine
Chiaroscuro

Peut-être parce qu’elle a étudié avec des professeurs aussi différents que Mikhail Pletnev et Jacques Rouvier, la pianiste ossète Zlata Chochieva aime les grands écarts stylistiques et les confrontations révélatrices. Pour ce premier récital chez Naïve significativement intitulé Chiaroscuro (clair-obscur), elle met face à face Mozart et Scriabine, ce qui donne un de ces « disque concept » dans l’air du temps, qui en disent tout autant sur l’interprète que sur les compositeurs qu’il joue. Ces deux musiciens « combinent à la fois la lumière et l’ombre, mais mon idée de départ était de présenter Mozart comme un rayon de lumière dans le ciel apocalyptique de Scriabine », explique-t-elle. Plus concrètement, on attendait d’elle qu’elle fasse apparaître le classicisme qui subsiste jusque dans les pièces les plus novatrices du Russe, tout en faisant affleurer la mélancolie propre à l’Autrichien. Or elle va assez loin dans ledit concept, puisqu’au brasier scriabinien couronné par la très chromatique et atonale Sonate n° 10, elle oppose deux  bouquets mozartiens réputées les moins « profonds » : les Variations sur un menuet de Duport et les Variations sur  « Unser dummer Pöbel meint » de Gluck. Cela lui permet en tout cas de faire montre de son éclectisme et de  son impressionnante virtuosité. 
François Lafon

Alexandre Scriabine : 5 Préludes op. 15 ; 5 Préludes op. 16, Sonates pour piano n° 3 et 10 – Wolfgang Amadeus Mozart : Neuf Variations sur un menuet de Duport ; Dix Variations sur  « Unser dummer Pöbel meint » de Gluck ; Gigue en sol majeur
Zlata Chochieva (piano)
1 CD Naïve V 7542
1 h 16 min

mis en ligne le mardi 16 août 2022

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.