Mercredi 20 juin 2018
Mort et transfiguration
Couplage hors des sentiers battus avec le Quatuor Ellipse
 
Le même, pas pareil
Éloquent
Quatuor Psophos
Saint-Saëns, Debussy, Lekeu

Issus de l’Orchestre national de France, les quatre (jeunes) musiciens contournent la sempiternelle difficulté d’ajouter un nouvel enregistrement de l’unique et si plébiscité quatuor à cordes de Debussy, en lui adjoignant le second quatuor de Saint-Saëns et l’une des pages pour quatuor à cordes de Lekeu. Étrange partition que ce Quatuor à cordes n° 2 (op. 153) d’un Saint-Saëns âgé de 83 ans, à la fois tendre (2ème mouvement), nostalgique (1er mouvement) et d’une grâce quelque peu désuète (final – d’une fraicheur revigorante par le Quatuor Ellipse). Si on a pu entendre des versions plus chahutées du 1er mouvement du Quatuor de Debussy, le rythme bien conduit du 2ème mouvement « Assez vif » et la langueur arachnéenne de l’ « Andantino » respirent avec toute la fièvre requise. D’une durée modeste – une dizaine de minutes –, le Molto adagio sempre cantate doloroso de Lekeu chante avec intensité la parole du Christ, au mont des Oliviers : « Mon âme est triste jusqu’à la mort ».    
Franck Mallet

Saint-Saëns : Quatuor n° 2, op. 153 - Lekker : Molto adagio sempre cantante doloroso - Debussy : Quatuor à cordes en sol mineur, op. 10
Quatuor Ellipse
1 CD Ad Vitam AV 180215 (distr. PIAS)
1 h 5 min

mis en ligne le mercredi 6 juin 2018

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.