Mardi 7 juillet 2020
Mesure pour mesure
L'art délicat de Claude Le Jeune par l'Ensemble Gilles Binchois
Claude Le Jeune – Le Printemps

A l’Académie de poésie et de musique, fondée en 1570 par le poète Jean-Antoine de Baïf, la manière de combiner ces deux arts est le but de toutes les recherches. C’est ainsi que naît une musique qui accorde texte et rythme en s’appuyant sur la longueur des syllabes chantées, et qu’on nomme « musique mesurée à l’antique » parce qu’inspirée de la scansion gréco-latine. L’un des maîtres en est Claude Le Jeune (vers 1530-1600), dont son recueil Le Printemps était considéré par Olivier Messiaen comme essentiel dans l’histoire de la musique. Parmi les 39 pièces qu’il comporte, Dominique Vellard et l'Ensemble Gilles Binchois en ont choisi une quinzaine, qui dressent un panorama de l’art du compositeur où l’on sent la transition entre la polyphonie Renaissance et les airs de cour qui se développeront à l’époque baroque. Chacun de ces airs est un petit bijou de délicatesse, empreint à la fois d’une douce mélancolie et d’une tendre jubilation. Au sein d’une même pièce, Claude Le Jeune alterne le nombre de voix, en réserve le plus grand nombre pour le refrain, ce qui assure dynamique et fluidité. A l’Académie, on évoquait trois conditions de réussite artistique : la qualité de la composition, celle de l’interprétation et la sensibilité éclairée de l’auditeur. Les deux premières sont réunies ; il suffit de se laisser prendre.
Gérard Pangon

Claude Le Jeune : 13 chansons issues du Printemps ; Première Fantaisie à 4
Ensemble Gilles Binchois
Direction musicale : Dominique Vellard
1 CD Evidence EVCD069
1 h 02 min

mis en ligne le lundi 22 juin 2020

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.