Mardi 15 octobre 2019
Le velours du tympan
Bastien Baumet fait découvrir les rondeurs de l'euphonium
Art of euphonium

L’art de l’euphonium plutôt que L’art du tuba ténor : même si les deux appellations désignent un seul et même instrument, tuba évoque un plongeur en quête de crabe alors qu’euphonium, avec son étymologie grecque, beau son, dégage une douceur de miel, comme certains produits destinés à soigner les maux de gorge. A l’écoute de cet album insolite, on comprend encore mieux la pertinence de son intitulé : le son de Bastien Baumet est enveloppant, velouté, soyeux en particulier dans les Symphonic Variants de James Curnow, joli morceau qui rejette bien loin les pon-pon-pon-pon chantés par Boby Lapointe dans L‘hélicon, autre gros cuivre qui figure dans les Harmonies municipales et les Batteries-Fanfares. L’intérêt de cet enregistrement est justement de donner à l’euphonium ses lettres de noblesse en faisant découvrir ses multiples possibilités, ses rondeurs, ses pianissimos langoureux ou ses accents percussifs comme dans Pholia de Daniel A. d’Adamo, une pièce dont l’agressivité finit par être assez fatigante. Quant Concerto pour euphonium de Vladimir Cosma, il montre bien que le célèbre compositeur de musiques de films n’est jamais plus à son aise que lorsqu’il se lance dans la ritournelle.
Gérard Pangon

James Curnow : Symphonic Variants – Daniel A. d’Adamo : Pholia – Philip Sparke : Two Part Invention ; Party piece – Vladimir Cosma : Euphonium Concerto
Bastien Baumet (euphonium), Sebastien Stein (saxhorn), Steven Mead (euphonum), Geraldine Dutroncy (piano).
Paris Wind Ensemble, Coups de vents Wind Orchestra
1 CD Indésens Inde 034
1 h 01 min

mis en ligne le dimanche 25 mars 2012

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.